"Écrire en pays dominé, Volet 3"

1983

« On ne demande pas lune, on demande de vivre c’est tout »

une marcheuse, 3 décembre 1983, Paris
CRÉATION NOVEMBRE 2022

CRÉATION : 9 novembre 2022 au Théâtre National Populaire de Villeurbanne

Avec 1983, la Compagnie Nova plonge dans le virage de l’année 1983 et pose la question de l’engagement et des luttes – raciales, ouvrières et médiatiques – des années 80 à nos jours.

Après deux spectacles sur les poétiques de la décolonisation et les amnésies coloniales, nous poursuivons notre réflexion sur les identités françaises et nos transmissions mémorielles. Ce prochain spectacle est le troisième volet de notre triptyque « Ecrire en pays dominé ».

A la jonction de l’intime et du collectif, notre théâtre s’ancre dans un travail d’enquêtes et de recherche, qui se nourrit de la rencontre de témoins, d’associations et de relais sur les territoires. Porté par un travail de troupe, une écriture de plateau sur un temps long et une implication de tous les membres de l’équipe, nous cherchons la friction du réel et du théâtre, en nous demandant à chaque instant :
Quels récits avons-nous hérité ?
Quels récits souhaitons-nous écrire pour notre présent ? 

1983 prend pour point de départ la marche pour l’égalité et contre le racisme partie de Marseille le 15 octobre 1983 en réponse aux violences policières qui sévissent au quartier des Minguettes à Vénissieux, ainsi que dans de nombreuses banlieues en France. Face à l’impunité des forces de l’ordre, les jeunes fils de maghrébins, première génération née ou ayant grandi en France, s’organise et arrive à Paris le 3 décembre.

Deux ans après l’élection de François Mitterrand en 1981, l’année 1983 représente un tournant de la vie politique française. Mitterrand opère le « tournant de la rigueur » et choisit d’épouser une politique économique européenne résolument libérale. Dans un contexte de montée du chômage, il se coupe progressivement des enjeux sociaux qui avaient caractérisé ses deux premières années de mandat, ce qui aura un impact sur la question de l’intégration des populations immigrées.

1983 est donc un moment-charnière au niveau économique, politique et social, et c’est ce virage que nous voulons raconter, afin de comprendre le monde dont nous avons hérité.
Comme dans nos précédents spectacles, il s’agit donc de questionner notre société contemporaine en opérant un détour sur le passé.

Notre pièce se situe à la lisière du théâtre documentaire et de la fiction et l’écriture déploie plusieurs strates :

  • La trame narrative et fictionnelle, qui s’inspire de récits collectés tout en l’écrivant de façon romanesque : il s’agit des scènes dialoguées où les personnages se rencontrent ;
  • La trame documentaire où l’on suit les personnes interrogées au cours d’entretiens filmés avec l’équipe de création ;
  • La trame poétique, qui à la manière d’un journal, tente de débroussailler les fils de notre héritage politique et le confronte avec notre monde contemporain 

En travaillant les ruptures de rythme et de ton, en alliant discours politique, poétique et registre comique, tragique et absurde, nous espérons échapper à tout didactisme et à toute simplification et penser notre monde contemporain.

Alice Carré et Margaux Eskenazi, juillet 2022

Distribution

Conception Alice Carré et Margaux Eskenazi
Ecriture Alice Carré
Mise en scène Margaux Eskenazi
Assistanat à la mise en scène Chloé Bonifay
Lumières Mariam Rency
Scénographie Julie Boillot-Savarin
Création sonore Antoine Prost
Création vidéo Quentin Vigier
Costumes Sarah Lazaro assistée de Mélody Cheyrou
Avec Armelle Abibou, Loup Balthazar, Salif Cisse ou Christophe Ntakabanyura, Anissa Kaki, Yannick Morzelle ou Lazare Herson-Macarel, Malek Lamraoui, Raphael Naasz ou Joseph Fourez et Eva Rami ou Louise Coldefy
Régie générale et son William Leveugle
Administration / Production Paul Lacour-Lebouvier
Administration Elliot Froidevaux
Diffusion Label Saison – Gwenaëlle Leyssieux
Production La Compagnie Nova et Théâtre National Populaire
Coproductions La Comédie de Saint-Etienne – Centre dramatique national, Théâtre de la Ville – Paris, Les Gémeaux – Scène Nationale de Sceaux, La Comédie de Béthune – Centre dramatique national Hauts-de-France, La rose des vents-scène nationale Lille Métropole – Villeneuve d’Ascq, La Comédie de Valence – Cendre dramatique national Drôme – Ardeche, Le Quai des Arts – Argentan, Théâtre de La Cité Internationale – Paris, La Machinerie – Vénissieux, La Passerelle – Scène National de Gap – Alpes du Sud, Forum Jacques Prevert – Carros, Le Théâtre du Bois de L’Aune – Aix-en-Provence, Théâtre du Fil de L’Eau – Pantin, Le Théâtre de Privas – Scène conventionnée Art en territoire, La Grange Dimière – Fresnes
Soutiens Région Ile-de-France, DRAC Ile-de-France, Direction Générale de la Création Artistique, Théâtre Gérard Philipe – Centre Dramatique National de Saint-Denis, Théâtre Joliette – Marseille, La Chartreuse – Centre national des écritures du spectacle, Villeneuve-lès-Avignon, Centquatre-Paris
Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Crédit photo © Loïc Nys