Actualités


La Compagnie Nova a créé le second volet ET LE CŒUR FUME ENCORE le 17 janvier 2019 au Collectif 12 à Mantes-la-Jolie.
A partir de juillet 2019, elle est en tournée avec les deux spectacles.

« Écrire en pays dominé » est le diptyque que développe la Compagnie Nova depuis 2017 avec ses volets consacrés. C’est une investigation théâtrale sur les écritures et les poétiques de la décolonisation pour penser nos identités françaises et les oublis de sa mémoire.

ET LE CŒUR FUME ENCORE, volet 2
Le deuxième volet du diptyque « Écrire en pays dominé »
Mise en scène Margaux Eskenazi
Conception, montage et écriture Alice Carré, Margaux Eskenazi
Avec les textes de Kateb Yacine, Edouard Glissant, Jérôme Lindon et Assia Djebar


Traversée des mémoires, des littératures et des résistances de l’Algérie coloniale à la France d’aujourd’hui, pour dessiner un des visages de la nation française dans laquelle nous avons grandi, faite à jamais d’exils, de métissages, d’imaginaires et de violences tues.

Conception, montage et écriture : Alice Carré, Margaux Eskenazi
Avec les textes de Kateb Yacine, Edouard Glissant, Jérôme Lindon et Assia Djebar

DATES DE TOURNÉE
Du 30 septembre au 11 octobre 2020 au Théâtre Gérard Philippe – Centre Dramatique National de Saint-Denis
13 octobre 2020 au Centre Culturel Charlie Chaplin à Vaulx-en-Velin
15 octobre 2020 à l’Espace 93 à Clichy-sous-Bois
17 octobre 2020 au Théâtre Louis Aragon – Scène conventionnée de Tremblay-en-France
4 novembre 2020 au Théâtre de Corbeil-Essonnes
6 novembre 2020 au Théâtre de Privas – Scène conventionnée
9 et 10 novembre 2020 au Théâtre d’Angoulême – Scène nationale
13 novembre 2020 au Théâtre Le Sémaphore – Scène conventionnée de Port-de-Bouc
18 novembre 2020 au Théâtre Au Fil de l’eau à Pantin
24 novembre 2020 au Théâtre La Passerelle – Scène nationale de Gap
26 et 27 novembre 2020 au Théâtre du Bois de l’Aune à Aix-en-Provence
28 novembre 2020 au Théâtre Antoine Vitez à Aix-en-Provence
Du 1er au 13 décembre 2020 au Théâtre National Populaire – Centre Dramatique National de Villeurbanne
Du 15 au 17 décembre 2020 à La Comédie de Reims – Centre Dramatique National
5 et 6 janvier 2021 au Théâtre Jean Vilar de Montpellier
8 janvier 2021 au Forum Jacques Prévert à Carros
Du 11 au 13 janvier 2021 au NEST – Centre Dramatique National de Thionville
15 janvier 2021 au Théâtre Le Point d’eau à Ostwald
Du 19 au 23 janvier 2021 au Théâtre Dijon Bourgogne – Centre Dramatique National de Dijon
26 janvier 2021 au Carré Magique – Pôle National Cirque de Lannion
28 janvier 2021 à L’Hectare – Centre National de la Marionnette à Vendôme
30 janvier 2021 à L’Espace Culturel André Malraux – Théâtre du Kremlin-Bicêtre
2 février 2021 au Quai des Arts à Argentan
5 et 6 février 2021 au Figuier Blanc à Argenteuil
9 février 2021 au Safran – Scène conventionnée d’Amiens
11 et 12 février 2021 à La Comédie de Béthune – Centre Dramatique National
16 et 17 février 2021 à La Rose des Vents – Scène nationale de Villeneuve-d’Ascq à Mouvaux
19 février 2021 à Culture Commune – Scène nationale du Bassin minier du Pas-de-Calais à Grenay
23 février 2021 au Théâtre du Bordeau à Saint-Genis-Pouilly
Du 25 au 27 février 2021 à L’Espace des Arts – Scène nationale de Chalon-sur-Saône
18 mai 2021 à L’Éclat de Pont-Audemer

 

NOUS SOMMES DE CEUX QUI DISENT NON À L’OMBRE, volet 1

Le premier volet du diptyque « Écrire en pays dominé »
Mise en scène Margaux Eskenazi
Conception, montage et écriture Alice Carré, Margaux Eskenazi
Avec les textes d’Aimé Césaire, Léon-Gontran Damas, Léopold Sédar Senghor, Langston Hugues, Louis Aragon, Patrick Chamoiseau, Edouard Glissant, Michèle Lalonde, Léonora Miano (L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté), Alice Carré et Margaux Eskenazi

Traversée poétique, politique et musicale des courants de la négritude et de la créolité. Cinq comédiens, dont un musicien s’emparent de ces questions pour penser l’altérité et sa mise à mal dans le monde d’aujourd’hui.

DATE DE TOURNÉE

19 mai 2021 à L’Éclat de Pont-Audemer



DANS LA PRESSE

« Margaux Eskenazi : manifeste pour un théâtre métissé. (…) La force du spectacle est dans le flot des paroles aussi poétiques que salvatrices de ces auteurs (et quelques autres) qu’il fait bon entendre ou réentendre. De plus, et c’est essentiel, cette force est décuplée par l’invention scénique que suscitent ou entraînent ces paroles portées par des acteurs (certains sont aussi musiciens) aussi jeunes qu’excellents : Armelle Abibou, Yannick Morzelle, Raphael Naasz, Christophe Ntakabanyura et Eva Rami.» Jean-Pierre Thibaudat, MÉDIAPART, 23 mars 2017

« Qu’on le veuille ou non le monde sera créole. (…) Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre est un spectacle engagé, résolument engageant.» Marie-José Sirach, L’HUMANITÉ, 27 mars 2017

« On y rencontre les porte-parole de la négritude, Damas, Senghor et bien-sûr Césaire. On y entend leurs voix, leurs poèmes qui claquent et leurs pensées comme un héritage à réinventer. » Agathe le Taillandier, RFI, La danse des mots, 14 avril 2017