Actualités


Cette saison 2018/2019, la Compagnie Nova est associée au Collectif 12 (Mantes-la-Jolie) et au Studio Théâtre de Stains. En janvier 2019, elle créera le second volet du diptyque « Ecrire en pays dominé » et à partir d’avril 2019, la tournée du premier volet débutera. En parallèle, un cycle d’actions sur le territoire sera développée à Stains et à Mantes-la-Jolie .

NOUVELLE CRÉATION
J’ai la douceur du peuple effrayante au fond du crâne, volet 2
Le deuxième volet du dytique « Écrire en pays dominé »

 J’ai la douceur du peuple effrayante au fond du crâne est le second volet d’une investigation théâtrale sur les écritures et les poétiques de la décolonisation pour penser nos identités françaises et les oublis de sa mémoire.

Conception, montage et écriture : Alice Carré, Margaux Eskenazi
Avec les textes de Kateb Yacine, Edouard Glissant, Jérôme Lindon et Assia Djebar

PROCHAINES DATES

15 février 2019 à Studio Théâtre de Stains (20H45)
21 février 2019  à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm
Dans le cadre des Journées DHTA sur les Mémoires de la Guerre d’Algérie (programme)
Représentation le 21/02 à 20H. Entrée libre sur réservations ingrid.pichon@ens.fr
Table-ronde : Jouer, filmer avec la mémoire. Avec Alice Carré et Margaux Eskenazi le 22/02 à 10H30

Juillet 2019 au 11• Gilgmamesh Belleville – Festival Off d’Avignon
8 novembre 2019 à la Grange Dîmière de Fresnes
29 novembre 2019 au Centre culturel de la Norville

Plus d’informations ?

c'est partiEN TOURNÉE
Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre, volet 1

5 avril 2019 au Théâtre de Yerres (14H)
12 avril 2019 au Studio Théâtre de Stains (20H45)
18 avril 2019 au Théâtre du Blanc-Mesnil (14H)
10 mai 2019 à la Grange Dîmière de Fresnes (20H30)
23 et 24 mai 2019 au Théâtre Roublot, Fontenay-sous-Bois (14H30 et 19H)
Juillet 2019 au Festival Off d’Avignon

Ce spectacle-matériau est une traversée poétique, politique et musicale des courants de la négritude et de la créolité. Les combats de Césaire, Damas, Senghor, Glissant ne parlent pas que pour eux, ils parlent pour plusieurs peuples, pour plusieurs continents, pour plusieurs archipels. Cinq comédiens, dont un musicien s’emparent de ces questions pour penser l’altérité et sa mise à mal dans le monde d’aujourd’hui.

 



DANS LA PRESSE

« Margaux Eskenazi : manifeste pour un théâtre métissé. (…)La force du spectacle est dans le flot des paroles aussi poétiques que salvatrices de ces auteurs (et quelques autres) qu’il fait bon entendre ou réentendre. De plus, et c’est essentiel, cette force est décuplée par l’invention scénique que suscitent ou entraînent ces paroles portées par des acteurs (certains sont aussi musiciens) aussi jeunes qu’excellents : Armelle Abibou, Yannick Morzelle, Raphael Naasz, Christophe Ntakabanyura et Eva Rami.» Jean-Pierre Thibaudat, MÉDIAPART, 23 mars 2017

« Qu’on le veuille ou non le monde sera créole. (…) Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre est un spectacle engagé, résolument engageant.» Marie-José Sirach, L’HUMANITÉ, 27 mars 2017

« On y rencontre les porte-parole de la négritude, Damas, Senghor et bien-sûr Césaire. On y entend leurs voix, leurs poèmes qui claquent et leurs pensées comme un héritage à réinventer. » Agathe le Taillandier, RFI, La danse des mots, 14 avril 2017

 


Plus d’informations ?

c'est parti