Actualités


La Compagnie Nova a crée le second volet ET LE CŒUR FUME ENCORE le 17 janvier 2019 au Collectif 12 à Mantes-la-Jolie.
A partir de juillet 2019, elle est en tournée avec les deux spectacles.

« Écrire en pays dominé » est le diptyque que développe la Compagnie Nova depuis 2017 avec ses volets consacrés. C’est une investigation théâtrale sur les écritures et les poétiques de la décolonisation pour penser nos identités françaises et les oublis de sa mémoire.

ET LE CŒUR FUME ENCORE, volet 2
Le deuxième volet du dytique « Écrire en pays dominé »


Traversée des mémoires, des littératures et des résistances de l’Algérie coloniale à la France d’aujourd’hui, pour dessiner un des visages de la nation française dans laquelle nous avons grandi, faite à jamais d’exils, de métissages, d’imaginaires et de violences tues.

Conception, montage et écriture : Alice Carré, Margaux Eskenazi
Avec les textes de Kateb Yacine, Edouard Glissant, Jérôme Lindon et Assia Djebar

DATES DE TOURNÉE
Du 5 au 26 juillet 2019
au 11 • Gilgamesh Belleville, Festival Off d’Avignon
 (18h05)
Du 17 au 19 octobre 2019 au Théâtre Aimé Césaire de Fort-de-France
8 novembre 2019 à la Grange Dimière de Fresnes
29 novembre 2019 au Centre Culturel le Marque Page de La Norville
Du 7 au 19 décembre 2019 au Théâtre Gérard Philipe – CDN de Saint Denis (20h)
3 mars 2020 au Théâtre Alan Jonemann du Vésinet

 

 

 

 

NOUS SOMMES DE CEUX QUI DISENT NON À L’OMBRE, volet 1
Le premier volet du dytique « Écrire en pays dominé »

Traversée poétique, politique et musicale des courants de la négritude et de la créolité. Cinq comédiens, dont un musicien s’emparent de ces questions pour penser l’altérité et sa mise à mal dans le monde d’aujourd’hui.

DATES DE TOURNÉE
10 octobre 2019
au Collectif 12 de Mantes-la-Jolie
6 décembre 2019 au Centre Culturel de La Norville
De novembre 2019 à mars 2020 en tournée des lycées d’Ile-de-France avec le Théâtre Gérard Philipe – CDN de Saint-Denis



DANS LA PRESSE

« Margaux Eskenazi : manifeste pour un théâtre métissé. (…)La force du spectacle est dans le flot des paroles aussi poétiques que salvatrices de ces auteurs (et quelques autres) qu’il fait bon entendre ou réentendre. De plus, et c’est essentiel, cette force est décuplée par l’invention scénique que suscitent ou entraînent ces paroles portées par des acteurs (certains sont aussi musiciens) aussi jeunes qu’excellents : Armelle Abibou, Yannick Morzelle, Raphael Naasz, Christophe Ntakabanyura et Eva Rami.» Jean-Pierre Thibaudat, MÉDIAPART, 23 mars 2017

« Qu’on le veuille ou non le monde sera créole. (…) Nous sommes de ceux qui disent non à l’ombre est un spectacle engagé, résolument engageant.» Marie-José Sirach, L’HUMANITÉ, 27 mars 2017

« On y rencontre les porte-parole de la négritude, Damas, Senghor et bien-sûr Césaire. On y entend leurs voix, leurs poèmes qui claquent et leurs pensées comme un héritage à réinventer. » Agathe le Taillandier, RFI, La danse des mots, 14 avril 2017