Gilles ou qu’est-ce qu’un samouraï ?

« Je voudrais… je voudrais moi aussi poser des questions.
Et en poser à vous et en poser à… moi-même.
Ce s’rait… ce s’rait du genre « qu’est-ce que vous faites au juste, vous qui faites du cinéma ? »
Et moi « qu’est ce que je fais au juste quand je fais ou quand j’espère faire de la philosophie » ?
Est-ce qu’on a quelque chose à se dire, en fonction de cela ? »

Gilles Deleuze, extrait de la conférence et du spectacle

En écho à la pensée du rizhome de Deleuze et Guattari, j’ai écrit ce spectacle en rizhome : sans centre ni fondement, mais comme un dessin horizontal, acentré et sans mémoire organisatrice. Il est ouvert, tentaculaire et nomade. Il prend pour point de départ la conférence de Gilles Deleuze et une crise de foi, mais il ouvre aussi un dialogue avec Kurosawa, Villon, Shakespeare, des paysans japonais du 16e  siècle, des notes de lap-steel, Jean-Sébastien Bach et des spectateurs du XXIe siècle en pleine crise sanitaire.

Je me suis souvenue alors pendant le confinement de cette conférence que Gilles Deleuze a donnée le 17 mars 1987 à la Fémis : « Qu’est-ce que l’acte de création ? ». Soit, 33 ans jour pour jour, avant notre premier confinement.
Lorsque j’ai découvert cette conférence il y a dix ans déjà, j’avais tout de suite eu l’impression d’être face à quelque chose d’important. En mars dernier ce sentiment a dédoublé. Gilles Deleuze répondait à mes questions, m’en posait aussi et m’ouvrait des portes. Je cheminais avec lui sur des routes d’une vitalité sans borne entre Dostoïevski et Kurosawa, l’acte de résistance et l’acte de création.

Au printemps 2020, j’ai visionné en boucle cette conférence et puis je me suis mise à la retranscrire. Au fur et à mesure de la retranscription, je pensais au plateau. Je me suis dit qu’il y aurait un endroit de théâtre entre cette langue, mes réflexions et un acteur. Un acteur crépusculaire pour transmettre le mystère de Deleuze, son oralité, tout à la fois dense et vivace.

Ce spectacle se pense comme un geste hybride. Il naviguera entre plusieurs théâtralités : performative, incarnée, musicale, poétique et cinématographique. C’est ce kaléidoscope des théâtres qui fait l’objet du travail, où chacune des matières est une des réponses possibles, à cette question : Qu’est-ce que l’acte de création en temps de crise ?

 

Margaux Eskenazi, mai 2022

Distribution

Conception & mise en scène Margaux Eskenazi
Avec des extrait de la conférence de Gilles Deleuze « Qu’est ce que l’acte de création ? » réalisée à la Fémis en 1987 et publiée aux Editions de Minuit dans Deux régimes de fous et autres textes (1975-1995) et la Ballade des pendus de François Villon

Avec Margaux Eskenazi, Lazare Herson-Macarel et Malik Soarès
Dramaturgie Chloé Bonifay, Guillaume Clayssen
Espace Julie Boillot-Savarin
Composition musicale et Son Malik Soarès
Vidéo Jonathan Martin
Lumières Marine Flores
Costumes Sarah Lazaro

Production La Compagnie Nova
Coproduction Théâtre de la Cité Internationale
Avec le soutien de Lilas en Scène et du Théâtre du Rond-Point
Remerciements Constance de Saint-Rémy, Ayana Fuentes Uno, Magda Kachouche, Morgane Lory, Hervé Rey, Clément Probst, Victor-Hadrien Aureillan

Crédits photo et vidéo © Loïc Nys

Revue de presse

Remerciements

Constance de Saint-Rémy, Ayana Fuentes Uno, Magda Kachouche, Morgane Lory, Hervé Rey, Victor Aureillan et Clément Probst.

La Compagnie Nova est conventionnée par la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France et bénéficie d’une permanence artistique et culturelle de la Région Ile-de-France.

Gilles ou qu'est-ce qu'un samouraï ? - La Compagnie NOVA